Nelly Vrânceanu

Une dimension intemporelle...

Nelly Vrânceanu

Comme celle de tous les enfants moldaves et roumains, l’enfance de Nelly Vrânceanu a été bercée par les vers du poète Mihai Eminescu. Des vers qui firent écho à sa vie dans les petites montagnes et les bois obscurs du nord de la Moldavie. Elle, elle était inspirée par les arbres biscornus ou majestueux, les paysages bosselés ou sans relief, les mousses humides et les herbes folles.
Une enfance passée à apprendre et à expérimenter les techniques artistiques les plus diverses. Pendant sept ans, Nelly a fréquenté les ateliers de l’école des Beaux-Arts de Chisinau, avant de commencer des cycles universitaires : De nouvelles compétences artistiques et pédagogiques acquises en Moldavie et à Moscou...

"Dimension intemporelle"

Sa manière de peindre est intimement liée aux mots et aux verbes. Avant d’établir sa palette et de faire face à sa toile elle réfléchit aux mots qui vont correspondre à l’état d’esprit qu’elle souhaite créer. Les lumières se faufilent timidement, les tons s’approchent au plus près les uns des autres et se mélangent, se superposent... C’est pourquoi ses paysages deviennent « dimension intemporelle » et succession infinie... La mélancolie envahie l’espace et efface, peu à peu, la notion de temps.

Au fil des années, Nelly s’est passionnée pour la convergence des techniques. Elle s’est essayée personnellement au théâtre et à l’art postal, a toujours suivi de près la création cinématographique mais, toujours, elle revient à la peinture ! Le paysage reste son domaine « d’intimité privilégiée ». Ses toiles ne cessent de faire allusion à la place universelle de la nature, sacralisée comme dans la philosophie orientale. Les arbres sont tour à tout messagers, témoins, acteurs...

Nelly Vrânceanu n’aime rien plus que les atmosphères "entre chiens et loups" mais pas que cela...